Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 01:44
http://imagesidees32.skyrock.com/3174574167-barque-fleurie.html

http://imagesidees32.skyrock.com/3174574167-barque-fleurie.html

La barque

 

Il gèle et des arbres pâlis de givre clair,

montent au loin, ainsi que des faisceaux de lune;

au ciel purifié, aucun nuage; aucune

tache sur l'infini silencieux de l'air.

 

Le fleuve où la lueur des astres se réfractent

semble dallé d'acier et maçonné d'argent;

seule une barque est là, qui veille et qui attend,

les deux avirons pris dans la glace compacte.

 

Quel ange ou quel héros les empoignant soudain

dispersera ce vaste hiver à coups de rames

et conduira la barque en un pays de flammes

vers les océans d'or des paradis lointains?

 

Ou bien doit-elle attendre à tout jamais son maître,

prisonnière du froid et du grand minuit blanc,

tandis que des oiseaux libres et flagellant

les vents, volent, là-haut, vers les printemps à naître?

 

Emile Verhaeren (les bords de la route)

 

 

 

http://lepetitmondededana.over-blog.com/tag/promenades%20et%20decouvertes/

http://lepetitmondededana.over-blog.com/tag/promenades%20et%20decouvertes/

http://www.france-voyage.com/villes-villages/photos-pontrieux-5299.htm

http://www.france-voyage.com/villes-villages/photos-pontrieux-5299.htm

Repost 0
Published by June et Paupau - dans poésie
commenter cet article
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 02:19

Pour fêter l'entrée dans la nouvelle année selon le calendrier chinois (le 8 février exactement et c'est l'année du singe), goûtons ces quelques haïkus sur le thème de la lune.

http://jtgeek.com/chine-sapprete-celebrer-fete-lune/
http://jtgeek.com/chine-sapprete-celebrer-fete-lune/

http://jtgeek.com/chine-sapprete-celebrer-fete-lune/

Après avoir contemplé la lune

mon ombre

me raccompagne.

 

Yamagushi Sodô

 

 

 

 

Lune

Parfois les nuages

viennent reposer les gens

d'admirer la lune

 

Bashô Matsuo

http://dico-haikus.blogspot.fr/search/label/lune

http://dico-haikus.blogspot.fr/search/label/lune

Sur les brisants

la brise bleue

disperse la lune.

 

Oshima Ryôta

 

 

 

Haïkus trouvés sur dico-haikus.blogspot.fr

http://dico-haikus.blogspot.fr/search/label/lune

http://dico-haikus.blogspot.fr/search/label/lune

Repost 0
Published by June et Paupau - dans poésie
commenter cet article
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 02:13
www.fondecranhd.net

www.fondecranhd.net

Nuits d'hiver

 

Comme la nuit tombe vite !

Le jour, en cette saison,

comme un voleur prend la fuite,

s'évade sous l'horizon.

 

Il semble, ô soleil de Rome,

de l'Inde et du Parthénon,

que, quand la nuit vient de l'homme,

visiter le cabanon.

 

Tu ne veux pas qu'on te voie,

et que tu crains d'être pris

en flagrant délit de joie

par la geôlière au front gris.

 

Pour les heureux en démence

l'âpre hiver n'a point d'effroi,

mais il jette une crêpe immense

sur celui qui, comme moi,

 

Rêveur, saignant, inflexible,

souffrant d'un stoïque ennui,

sentant la bouche invisible

et sombre souffler sur lui,

 

Montant des effets aux causes,

seul, étrange en tout lieu,

réfugié dans les choses

où l'on sent palpiter Dieu.

 

De tous les biens qu'un jour fane

et dont rit le sage amer,

n'ayant plus qu'une cabane

au bord de la grande mer,

 

Songe, assis dans l'embrasure,

se console en s'abîmant,

et, pensif, à sa masure

ajoute le firmament !

 

Pour cet homme en sa chaumière,

c'est une amère douleur

que l'adieu de la lumière

et le départ de la fleur.

 

C'est un chagrin quand, moroses,

les rayons dans les vallons

s'éclipsent, et quand les roses

disent : nous nous en allons !

 

Victor Hugo (les quatre vents de l'esprit)

 

 

 

 

 

 

http://www.fondecranhd.net/

http://www.fondecranhd.net/

Repost 0
Published by June et Paupau - dans poésie
commenter cet article
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 05:39

frise2

 

Le printemps reviendra

 

Hé oui, je sais bien qu'il fait froid,

Que le ciel est tout de travers ;

Je sais que ni la primevère

Ni l'agneau ne sont encor là.

 

La terre tourne ; il reviendra,

Le printemps, sur son cheval vert,

Que ferait le bois sans pivert,

Le petit jardin sans lilas?

 

Oui, tout passe, même l'hiver,

Je le sais par mon petit doigt

Que je garde toujours en l'air.

 

N'entends-je pas frémir en moi

Un pré naïf et recueilli

Autour de son clocher fleuri?

 

"En sourdine", Maurice Carême

 

 

printemps crocus

Repost 0
Published by June et Paupau - dans poésie
commenter cet article
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 06:32

lune

 

 

Tristesses de la lune

 

Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse;

ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins,

qui d'une main légère et distraite caresse

avant de s'endormir le contour de ses seins.

 

Sur le dos satiné de molles avalanches,

mourante, elle se livre aux longues pâmoisons,

et promène ses yeux sur les visions blanches

qui montent dans l'azur comme des floraisons.

 

Quand parfois sur ce globe, en sa langueur oisive,

elle laisse filer une larme furtive,

un poète pieux, ennemi du sommeil,

 

dans le creux de sa main prend cette larme pâle,

aux reflets irisés comme un fragment d'opale,

et la met dans son coeur loin des yeux du soleil.

 

Charles Baudelaire

 

 

 

lune1

Repost 0
Published by June et Paupau - dans poésie
commenter cet article
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 05:42

arbre hetre de ponthus

 

Le premier arbre

 

C'était lors de mon premier arbre,

J'avais beau le sentir en moi

Il me surprit par tant de branches,

Il était arbre mille fois

Moi qui suis tout ce que je forme

Je ne me savais pas si feuillu,

Voilà que je donnais de l'ombre

Et j'avais des oiseaux dessus.

Je cachais ma sève divine

Dans ce fût qui montait au ciel

Mais j'étais pris par la racine

Comme à un piège naturel.

C'était lors de mon premier arbre,

L'homme s'assit sous le feuillage

Si tendre d'être si nouveau.

Etais-je un chêne ou bien un orme

C'est loin et je ne sais pas trop

Mais je sais bien qu'il plut à l'homme

Qui s'endormit les yeux en joie

Pour y rêver d'un petit bois.

Alors au sortir de mon somme

D'un coup je fis une forêt

De grands arbres nés centenaires

Et trois cents cerfs la parcouraient

Avec leurs biches déjà mères.

 

"la fable du monde" Jules Supervielle

 

arbre-foret

Repost 0
Published by June et Paupau - dans poésie
commenter cet article
4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 06:00

 

herisson toutimages2

Le hérisson

 

Bien que je sois très pacifique

Ce que je pique et pique et pique,

Se lamentait le hérisson.

Je n'ai pas un seul compagnon.

Je suis pareil à un buisson

Un tout petit buisson d'épines

Qui marcherait sur des chaussons.

J'envie la taupe, ma cousine,

Douce comme un gant de velours

Emergeant soudain des labours.

Il faut toujours que tu te plaignes,

Me reproche la musaraigne.

Certes, je sais me mettre en boule

Ainsi qu'une grosse châtaigne,

Mais c'est surtout lorsque je roule

Plein de piquants, sous un buisson,

Que je pique, et pique et repique,

Moi qui suis si, si pacifique,

Se lamentait le hérisson.

 


 

Maurice Carême

 

herisson francoise.centerblog.net

Repost 0
Published by June et Paupau - dans poésie
commenter cet article
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 06:01

 

rose the

 

La rose-thé

 

La plus délicate des roses

Est, à coup sûr, la rose-thé.

Son bouton aux feuilles mi-closes

De carmin à peine est teinté.

 

On dirait une rose blanche

Qu'aurait fait rougir de pudeur,

En la lutinant sur la branche,

Un papillon trop plein d'ardeur.

 

Son tissu rose et diaphane

De la chair a le velouté;

Auprès, tout incarnat se fane

Ou prend de la vulgarité.

 

frise rose

 

Théophile Gautier, Emaux et Camées

 

roses gif

Repost 0
Published by June et Paupau - dans poésie
commenter cet article
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 06:02

 

 

oiseau cygne chezsilvia

Photo : chezsilvia

 

 

Sans bruit, sous le miroir des lacs profonds et calmes,
Le cygne chasse l'onde avec ses larges palmes,
Et glisse. Le duvet de ses flancs est pareil
A des neiges d'avril qui croulent au soleil;
Mais, ferme et d'un blanc mat, vibrant sous le zéphire
Sa grande aile l'entraîne ainsi qu'un lent navire.
Il dresse son beau col au-dessus des roseaux,
Le plonge, le promène allongé sur les eaux,
Le courbe gracieux comme un profil d'acanthe,
Et cache son bec noir dans sa gorge éclatante.
Tantôt le long des pins, séjour d'ombre et de paix,
Il serpente, et, laissant les herbages épais
Traîner derrière lui comme une chevelure,
Il va d'une tardive et languissante allure.
La grotte où le poète écoute ce qu'il sent,
Et la source qui pleure un éternel absent,
Lui plaisent; il y rôde; une feuille de saule
En silence tombée effleure son épaule.
Tantôt il pousse au large, et, loin du bois obscur,
Superbe, gouvernant du côté de l'azur,
Il choisit, pour fêter sa blancheur qu'il admire,
La place éblouissante où le soleil se mire.
Puis, quand les bords de l'eau ne se distinguent plus,
A l'heure où toute forme est un spectre confus,
Où l'horizon brunit rayé d'un long trait rouge,
Alors que pas un jonc, pas un glaïeul ne bouge,
Que les rainettes font dans l'air serein leur bruit,
Et que la luciole au clair de lune luit,
L'oiseau, dans le lac sombre où sous lui se reflète
La splendeur d'une nuit lactée et violette,
Comme un vase d'argent parmi des diamants,
Dort, la tête sous l'aile, entre deux firmaments.

 

Sully Prudhomme
Les Solitudes

 

  frise2

 

 

Repost 0
Published by June et Paupau - dans poésie
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 06:59

S'exprimer sans les mots peut être aussi convainquant et parlant que de longs discours. A tous mes amis, c'est pour vous :

 

 

 amitié


Repost 0
Published by June et Paupau - dans poésie
commenter cet article

Recherche

Catégories